HomeBelgische Aktenstücke, 1905-1914Pagina 41

JPEG (Deze pagina), 1.70 MB

TIFF (Deze pagina), 10.76 MB

PDF (Volledig document), 272.37 MB

__,. 29 1_
1d ét OllI~ été lés hötés dé I’Al11Il`&I1lZé. Il y a éu lés lunchs, 100 Matrosén vorgéstérn inittéls Sondérzugés in dér
dïnérs ét spéctaclés dé gala dé rigéur, én la préséncé Hauptstadt éingétroffén und Gästé dér Admiralitat gé-
én dé hautés pérso1111alités du Foréign Ofiicé ét dé l’Ami­ Wésén. Es habén dié iiblichén Frühstücké, Dinérs und 1
en rauté. La foulé a ovationné lés l1lêL1‘IllS russés a 1’Al­ Galavorstéllungén i11Gégé11wa1·t hochgéstélltérPérsönlich- l
u- haml1ra ét lés a acclainés a léur arrivéé à la garé. Lés kéité11 V0l1l Auswartigén Amt und vo11 dér Admiralitat
hé journaux sont unanimés a sé félicitér dé cétté récéption stattgéfundén. Dié Volksméngé hat dén russischén
ét né manquént pas d’attirér1’atténtion du public sur la Matrosén in dér Alhan1bra Ovationén béréitét und sié 1
us similitudé dés fétés actuéllés avéc céllés oifértés aux béi ihrér Ankunft auf dé1n Bahnhof stürinisch bégrülèt.
1d marins français. Dié Zéitungén bégliickwünscl1é11 sich éinstiminig zu diéséin
en ` Empfang; sié VBl“I·6lll61l nicht, dém Publikuin dié Aéhn­
té lichkéit dér gégénwärtigén Fésté mit déné11, dié S6Il1€1’­
id zéit für dié französischén Matrosén véranstaltét wurdén,
111 vor Augén zu führén.
à Lé ,,Timés" fait rémarquér qué d’ailléurs l’énténté Dié ,,’i‘i1nés" hébt lrérvor, dalä übrigéns dié Enténté
1*- cordialé dévait avoir co1n1né ,,corollairé inévitab1é" un cordialé notwéndigérwéisé éi11é Annahérung zwischén
lé rapprochémént dé l’Anglétérré ét dé la Russié ét dans England u11d Rul3land·11ach sicl1 ziéhé11 und in éiuér
sc uu avénir plus lointain un l'3.ppl`OCllBlll6IliD intimé éntré férnéré11 Zukunft éin éngérés Vérl1alt11is zwischén diéséu
Ell cés déux pays, la Francé ét lé Japon, dé llël.i]l11`G a assurér béidén Ländérn sowié Frankréich und Japan zur Folgé
ft . (l,lll1G façon puissanté ét inattaquablé au mondé éntiér habén inüssé, um so dér ganzén Wélt mit unwidérlég­
t lés biénfaits d’uné éré durablé dé paix ét dé prospérité, lichér Kraft dié Wohltatén éiuérAéra dauérndén Friédéns
ér lllld Gédéihéns zu sichérn.
ld . Véuilléz agréér été. Généhmigén Sié usw.
us (s.) E. dé C?ll`I·l(êl‘. (géz.) E. von (`2ll‘iïlGl‘.
zit
as ­""*­·ï­· *1-**

zh
No. 26. No. 26.
Lé Baron Gréindl, Ministré dé Bélgiqué $1. Bérlin, Baron Gréindl, Gésandtér Bélgiéns in Bérlin,
a M. lé Baron dé Favéréau, Ministré dés an Baron Favéréau, Ministér dés Aéufäérén.
_ Affairés Etrangèrés.
Bérlin, lé 28 Mars 1907. Bérli11, dén 28. März 1907.
_ Monsiéur lé Baron! Hérr Baron!
m 1 Par l’acté d’Algésiras la Francé a proinis, connné Durch dié Algécirasakté vérsprach Frankréich wié
BS tous lés autrés Etats intéréssés, dé réspéctér l’i11dépén­ allé andérén illi3€1"€.SSI61`tB11 Machté, dié Unabhängigkéit
! dancé d11 Sultan du Maroc. Céla n’a pas émpéché lé dés Sultans vo11 Marokko zu achtén. Das hiélt abér dén
l ininistré dés affairés étrangérés français dé diré a mon französischén Ministér dér auswartigén Angélégénhéitén
E collégué a Paris qué lé Sultan ést 1111 fantoché qui n’a nicht ab, 111éi11ém Parisé1·KoIlégén gégénübér zu äuiäérn,
pas autré chosé a fairé qué d`obéir aux injonctions du dér Sulta11 séi éiné Puppé, dié nichts andérés zu tun
corps diplomatiqué. (léla n’én1péché pas 11011 plus uné l1abé, als dé11 Béféhlén dés diplo1natisché11 Korps nacl1­
éntréprisé françaisé protégéé par lé g0U.VG1`l16ll1G1]I Zl1l{0IIl.lll€11. Ebénsowénig hindért és éiné V011 dér fran- A
français d’établi1· au Maroc la télégraphié sans fil au zösischén Régiérung untérstützté französisché Gcséll­
é11 1llêp1`IS dés droits régaliéns d11Sultan ét malgré sés pro- schaft, dié drahtlosé Télégraphié, untér Miläachtung dér
ch E téstations. Hohéitsréchté dés Sultans und trotz séinér Einsprüché,
on I in Marokko GIllZl11`ICI1t€l1.
er- L’acté d’Algésiras proclamé la cornplèté égalité dé Dié Algécirasakté vérkündét dié völligé Gléich­
véi tous sauf én cé qui concérné la policé ét la banqué. En béréchtiguiig allér, auiäér auf dé111 Gébiété dés Po1izéi­
cor dépit dé la clarté du téxté M. Pichon y lit qu’én tout la und Bankwéséns. Trotz dés klarén Wortlauts liést abér
suprématié doit apparténir a la Francé. Hérr Pichon aus ihrém Téxt, dalà Frankréichs Suprématié ,
ni- übérall géltén müssé.
lié L’acté d’Algésiras garantit lé régiiné dé la porté Dié Algécirasakté géwahrléistét dé11 Grundsatz dér
brt ouvérté. A Paris on régardé commé un coup porté a la Otfénén Tür. I11 Paris éracl1tét 1nau abér jédén, auch
én Francé ét on qualifié d’intrigué touté téntativé dé con- dé11 loyalstén lllld €IllWEL11(If1‘€IGSt€I`1 Vérsuch, i11 Koukur-
ié, ' curréncé mêmé la pl11s loyalé ét la plus corrécté. rénz zu trété11, als éinén gégén Frankréich gérichtétén
ds Schlag und bézéichnét ihn als Intrigué.
ér L’acté d’A1gésiras (ZO1lS2t(3l`€ l7Illi3ég`l`ii3é du térritoiré Dié Algécirasakté béstatigt féiérlich dié UlIV€l`l€IZZll(5ll­
marocain. Lé (30118611 dés ininistrés français prénant kéit dés 1narokkaniscl1én Gébiéts. Dié Errnordung dés
.n­ prétéxté dé Passassinat du doctéur Mauchan1p. voté il DoktorsMaucha1np wirdvon dém französischénMinistérrat
.b~ l’unanin1ité l’occupatio11 dé la villé rnarocainé d’Oudscl1a als Vorwand bénutzt, u111 éinstinnnig dié Bésétzung dér
n- C()IIllTl€ gagé dé la punition dés coupablés ét dé 1’i11dé1n- inarokkanischén Stadt Udsc11a als Pfand für dié Béstrafung
5111 I nité a obténir, sans pouvoir alléguér lé 111oi11dré fait dé dér Scl1uldi¤‘é11 und dén zu léisténdén Schadénérsatz
1ls naturé a fairé croiré qué lé Sultan ait uné Vélléité zu béschliéäén, 011116 auch 11ur dié géringsté '1‘atsa<·l1é
111. 1 quélconqué dé sé soustrairé a sés obligations. Lé als Béwéis fïir dié Absicht dés Sultans, sich séiné11 Vér-
én i g0l`lVGl`Il€I11€11!Z français déclaré, il ést vrai, qu’Oudscha p1iicl1tungén zu éntziéhén, anführén zu könuén. Dié
.ér ' séra évacué aussitöt qué satisfaction lui aura été donnéé; französisché R€{9,`I€1`llllg` érklart allérdings, Udscha sollé
H. mais la manièré dont so11t éxécutés lés é11gagé1né11ts géräurnt wérdén, sobald sié Génugtuung érhalté11 habé;
iin pris a Algésiras montré asséz cé qué valént lés pro- indés dié Art. wié dié in Algéciras übér11o1111néné11 Vér-
rd 111éssés fra11çaisés. piiichtuiigén érfiillt wérdéu, zéigt zur Génugé, was dié
én I‘1`E.l1ZOSISUll€‘,11 Vérspréclrungén wért sind.
thl I/à1l‘l‘0g2LllC0 fraiiçaisc rédcviéut cé qu’éllé était Dié fra11zösiscl1é Alllllällsllllg wird wiédér ébénso
1é- aux plus mauvais jours du sécond émpiré ct c’ést grolä, wié in don schlinunstén Tagén dés I]. Kaiser-
va l’cntcnté cordialc qui cn ést la causc. Ellé a (‘ll(‘0l‘(‘ réichs, und dié Entéuté cordialé ist hiéran schuld.
! A